2017

HNY

Très bonne année à tous !

Publicités

Sous la pluie

Ce billet aurait pu s’appeler : « Le jour où je n’ai pas vu le Fujiyama ». Si vous avez lu les posts précédents, vous savez que notre visite d’Hakone a été ponctuée d’une pluie ininterrompue. Dommage ! nous avons été privés des vues superbes depuis les rives du lac Ashi vers le Mont Fuji 😦

Lorsque nous reprenons le Hakone Tozan pour descendre vers Hakone Yumoto et partir de là vers Ofuna, puis Zushi au bord de la mer, la pluie ne nous quitte toujours pas… Adieu donc, panoramas touristiques !  Ce jour-là, nous sommes à bord d’une rame « Allegra » type 3000, les plus modernes, mises en service fin 2014 (> infos Wikipedia).

La descente commence sous un ciel bouché, néanmoins, nous aurons l’occasion d’apercevoir quelques points intéressants pour les amateurs 😉 …

IMG2015_HK#012b

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ici, les traverses sont en béton…

IMG2015_HK#015b

Évidemment, il y a des contre-rails à l’intérieur des courbes…

IMG2015_HK#017b

Une station c’est très simple : une voie d’évitement, deux quais équipés d’un toit (et on comprend pourquoi !)

IMG2015_HK#022b

Une autre station, plus bas, juste à la sortie d’un tunnel où l’on croise une rame « Glacier Express ».

IMG2015_HK#21b

Tout ceci laisse les passagers totalement indifférents : des habitués, sans doute, qui attendent patiemment de repartir du « switchback ». (On remarque que les sièges ne sont plus disposés en banquettes latérales sur ces nouvelles rames).

IMG2015_HK#23b

Et enfin, la rame à son arrivée à Hakone Yumoto : les passagers montent à bord pour repartir vers Gora. Et nous allons acheter nos tickets pour partir vers Zushi, en empruntant la ligne Odakyu jusqu’à Odawara puis la ligne Shonan Shinjuku vers Zushi. On en reparle la prochaine fois !

À bord du Hakone Tozan

Attraction touristique pour les uns, simple moyen de transport pour les autres, ce petit tortillard qui serpente dans la montagne et gravit des pentes incroyables fait se rencontrer des passagers très divers… Portraits de cette ligne pas comme les autres en photos prises à la volée (© 2015 – V. Ribaut)

En route vers Hakone sur la ligne Odakyu

En route vers Hakone sur la ligne Odakyu

IMG_1428

Un couple très « sixties »

Mon fils en profite pour dormir un peu...

Mon fils, lui, fait la sieste

IMG_1430

Tant pis pour lui !

La ligne n'est pas trop fréquentée ce jour-là

La ligne n’est pas trop fréquentée ce jour-là

Et... il pleut !

Et comme souvent… il pleut !

Embarquement immédiat !

Nous voici donc à pied d’œuvre ! Après des mois à réunir de la documentation, consulter des sites et visionner des photos, j’ai enfin en face de moi une rame du Hakone Tozan « en vrai » 🙂

Et la première chose qui frappe, c’est son tout petit gabarit. En montant à bord, on retrouve l’ambiance des trains « ordinaires » ou du tramway : uniquement des banquettes latérales, des poignées en l’air et une grande vitre derrière le conducteur pour regarder le trajet.

C’est parti ! On « décolle » de Hakone Yumoto (96m) vers Gora (451m). Premier arrêt à Tonosawa (153m), puis premier « switchback » à Ohiradai (337m) : ça monte sec !

Le premier "switchback"

Le premier « switchback » vu de l’arrêt d’Ohiradai

On repart donc dans l’autre sens vers un second switchback puis l’arrêt de Miyanoshita (436m). Les distances entre chaque arrêt sont courtes et les stations très rudimentaires : un abri et un bout de quai, rien de superflu !

IMG_1400

Ça monte et ça tourne !

On continue de monter vers Kowakidani (525m) puis Chokokunomori (539m) avant d’atteindre enfin Gora. Le trajet n’est pas très long, mais tout donne l’impression un peu « exotique » d’avoir pris un tramway en pleine montagne ! D’autant que comme à Arakawa, tous les types de rames se croisent sur le parcours, des plus anciennes MOHA 1 au plus modernes ALLEGRA : on y reviendra, puisque nous en prendrons une demain pour redescendre 😉

Le terminus de Gora

Le terminus à Gora

Nous voici arrivés, pour aller plus loin il faudrait emprunter les « cable-cars » qui sont fermés pour des raisons de sécurité, le Mont Hakone se montrant capricieux depuis quelques mois. Comme le temps, qui à notre arrivée vire carrément à l’averse.

IMG_1412

Nous allons donc vite rejoindre notre « Guest House » et profiter des « onsen », les sources chaudes, pour nous détendre un peu (à suivre).

 

 

 

En route vers Hakone

Depuis Tokyo, se rendre à Hakone n’a rien de très compliqué : le seul truc à savoir, c’est que la compagnie qui y mène, c’est l’Odakyu, la ligne au code couleur bleu et blanc. À Tokyo, l’Odakyu opère au départ de la gare de Shinjuku. De là, on peut se rendre à Odawara puis à Hakone Yumoto, où il suffit de changer de train sur le quai pour monter à bord du Hakone Tozan, qui monte jusqu’à Gora.

Comme d’habitude, il ne fait pas très beau… Hasard des jours et des horaires, nous achetons des billets à 450 Yens pour un « Romance Car EXE » (comme « Executive » « Express », « Excellent » ???), le même que sur la photo. Le trajet est effectué en moins d’une heure et demi, dans un grand confort et directement jusqu’à Hakone Yumoto (donc sans changement de train à Odawara).

Romance Car

« Romance Car » entre Shinjuku et Odawara

Comme dans la plupart des trains japonais, les banquettes peuvent se retourner et tout le monde peut s’installer dans le sens de la marche. Et comme dans la plupart des trains ici, on peut se tenir juste derrière le conducteur et regarder la voie. Sur le trajet, nous croisons beaucoup de trains « ordinaires » de la ligne Odakyu, qui transportent quotidiennement des milliers de « commuters » entre le centre de Tokyo, Yokohama et toute la banlieue sud.

Odakyu Type 1000

Odakyu Type 1000

D’autres moins ordinaires, comme ce joli « Romance Car » en livrée bleue métal, plus gaie et plus seyante que la livrée gris/marron du nôtre (qui passe parfaitement inaperçu avec ce ciel tout gris…).

Odakyu Romance Car MSE 60000

Odakyu Romance Car type 60000 MSE

Comme d’habitude à bord des trains japonais, tout est calme : on y discute sans trop élever la voix, on y boit un café, on y consulte son smartphone avec des écouteurs, on y fait discrètement un petit somme… pas de bruit, pas de retard, pas de souci. Nous passons à Odawara vers 13h et quelques minutes plus tard, nous sommes à Hakone Yumoto. Il est là, au bout du quai, prêt à partir (il partira sans nous d’ailleurs…) : le Hakone Tozan !

Hakone Tozan type 2000

Hakone Tozan type 2000

Ce que les photos ne montrent pas vraiment, c’est qu’il est tout petit ! Impresssion qui se confirmera à bord… mais c’est une autre histoire ! (à suivre)

Le petit tramway d’Arakawa

Sur la route vers Hakone, en venant de Paris, on passe inévitablement par Tokyo. L’occasion de (re-)visiter une cité étonnante et attachante à tous points de vue. Pour découvrir la ville hors des sentiers battus, si on essayait le tramway d’Arakawa ? Dernière ligne encore en activité, elle s’étend sur 12,2 km entre l’université de Waseda au sud et le quartier de Minowa au nord-est, très proche de notre lieu de résidence à Asakusa.

Meiji Dori

Le tramway au carrefour de Meiji Dori

On y va ? Depuis Asakusa, 3 petites stations de métro jusqu’à la gare d’Ueno pour prendre la ligne Yamanote jusqu’à Otsuka. La Yamanote et son code couleur vert pomme, c’est la ligne circulaire bien connue des touristes, qui relie tous les grands points de rendez-vous : Shibuya, Harajuku, Shinjuku, Ikebukuro à l’ouest, Ueno, Akihabara à l’est…

La gare de Harajuku

La gare de Harajuku, sur la ligne Yamanote entre Shibuya et Yoyogi.

On quitte la Yamanote à Otsuka (au nord) pour prendre notre petit tramway qui passe juste en dessous : un forfait à 500 Yens suffit pour en monter et en descendre librement tout au long de la journée. On va en profiter pour aller  jusqu’au terminus de Waseda au sud puis revenir jusqu’à Minowabashi, à l’autre bout.

IMG_1149

Notre tramway arrive à Otsukamae, direction Waseda.

Le tramway traverse des quartiers populaires et peu touristiques, c’est l’occasion de se plonger dans le Tokyo du quotidien,  moins glam et moins survolté, presque désuet, de se faire bouffer par les moustiques dans le parc d’Asukayama et de se prendre une énorme averse en se baladant dans le quartier d’Arakawa… (heureusement, comme tout le monde ici, en cette saison on ne sort jamais sans parapluie).

IMG_1151

Avec le Pass, on peut croiser et emprunter tous les modèles de la ligne !

Ici, on peut se tenir juste derrière le conducteur...

Ici, on peut se tenir juste derrière le conducteur…

Finalement, quand on arrive au terminal de Minowabashi vers 19h c’est déjà la nuit, l’orage est passé et il nous suffit alors de replier les parapluies et de rentrer à pied, en comptant sur un bon restaurant pour dîner. Grâce au tramway, nous avons fait une belle balade,  loin des clichés et plus proche des Tokyoïtes.

Un building en carton

Vous vous souvenez peut-être avoir aperçu quelques bouts de carton épars sur un plan de découpe ? Ou encore d’une structure encore ouverte et rétive ?  Hé bien… Malgré tout, avec pas mal de patience et non sans difficulté, ces quelques bouts de carton sont devenus un building de 3 étages, qui pourra prendre sa place sur le réseau aux côtés du bâtiment « pointu » présenté dans « TOUT EN PAPIER » où on pouvait apercevoir le kit à peine déballé). Comme d’habitude, j’ai apporté quelques modifications au modèle Sankei, mais pas tant que ça, il conserve son allure générale.

IMG_0991

Sankei « Goold Old Diorama » building C

La principale modification, que l’on voit bien ici, c’est d’avoir renoncé à la façade en briques pour une autre, plus moderne, en pierre agrafée – simplement en retournant la feuille du kit. Et puis j’ai tenté un aménagement et un éclairage de la boutique en rez-de-chaussée, avec une enseigne mélangeant deux originaux (photos trouvées avec Google, montage sur Photoshop et impression sur une Canon laser). Au Japon, les « Romaji » (caractères romains) sont omniprésents dans les rues à travers enseignes, néons, logos etc. Les mélanges de « Romaji » avec des « Kanji » (caractères issus des idéogrammes chinois), comme ici, sont fréquents. Vous suivez ? Parce qu’il existe aussi 2 autres caractères pour les syllabes, les Katakana et Hiragana 😉

IMG_0989

Le même de 3/4

Ce bâtiment présente son plus bel aspect de 3/4, vu légèrement du dessus (en N, le point de vue du spectateur est souvent assez haut) qui découvre quelques détails intéressants : les escaliers extérieurs, les aménagements sur le toit…

Sur le toit…

Réservoir d’eau (kit Sankei vendu séparément), climatisation, aérateurs… Ces petits détails apportent beaucoup d’atmosphère et je compte bien en ajouter aux bâtiments déjà montés. Ils ne coûtent pas cher, c’est juste un peu de temps et du carton de récup… À bientôt !